SoleRebels : la fabrique de chaussures éthiques

Bethlehem Tilahun Alemu, née en 1980 à Addis-Abeba est une femme d’affaires éthiopienne, fondatrice de SoleRebels, une entreprise fabriquant des chaussures à partir de pneus usagés.

Des chaussures solides, belles, respectueuses de l’environnement, faites en matériaux recyclés et privilégiant un mode de fabrication éthique ? Utopie ? Lubie ? Non. Possible. La preuve ? Bethlehem Tilahun Alemu l’a fait en Ethiopie avec sa marque SoleRebels.

Née d’un père électricien et d’une mère cuisinière, Bethlehem Tilahun Alemu, aînée d’une fratrie de 4 enfants, grandit dans le quartier pauvre de Zenabwork (Addis-Abeba).

En 2004, elle décroche son diplôme de comptabilité à la Unity University d’Addis-Abeba, complété bien plus tard par une formation au leadership à l’université d’Harvard.

À l’âge de 25 ans, Bethlehem Tilahun Alemu abandonne son emploi de comptable. Elle souhaite exploiter les capacités artisanales des habitants pauvres de son quartier et lance l’idée de concevoir des chaussures à base de pneus usagés, afin de travailler avec une matière première bon marché, et de matériaux exclusivement produits en Ethiopie. Sa motivation ? “Nous voulions trouver un moyen pour partager notre amour de l’artisanat éthiopien avec le reste du monde. Nous avons donc entrepris une quête pour fabriquer des chaussures étonnamment  créatives en fusionnant le patrimoine et le savoir-faire éthiopiens avec un design fantastique”

 

La marque SoleRebels est lancée, avec un investissement initial de 5 000 $ et cinq ouvriers.

Cela lui prend deux ans de conception avant de trouver la bonne formule, les premiers prototypes de chaussures pesant 6 kilos la paire.

Le design des chaussures SoleRebels s’inspire des selates et barabassos que portaient les combattants rebelles nigérians. Outre les pneus usagés, toutes les matières utilisées dans la confection des chaussures sont d’origine locale, le coton biologique, la jute, la fibre de koba. “Le recyclage est un mode de vie” déclare-t-elle. “On ne jette pas des choses qu’on peut réutiliser encore et encore… Je voulais partir de cette idée pour créer quelque chose. Nous sommes fières d’avoir réussi à susciter un intérêt et la passion autour de nos produits à travers le monde et permis à ceux qui nous suivent d’exprimer leur créativité, leur caractère et leur positivité”.

Un modèle d’entrepreneuriat social 

Bethlehem Tilahun Alemu est fière d’annoncer qu’elle a pu créer une centaine d’emplois.

La démarche de SoleRebels est fondée sur une éthique de respect des normes environnementales et sociales. Dans un atelier alimenté par l’énergie solaire, à la périphérie d’Addis-Abeba, ses salariés produisent plus de 500 paires de chaussures par jour et sont rémunérés 4 à 5 fois le salaire minimum légal, mieux protégés, et les frais de santé et de scolarité de leurs enfants, pris en charge. De plus, l’entreprise travaille en collaboration avec la World Fair Trade Organization (WFTO), organisation internationale garantissant équité et confiance entre producteurs et fabricants.

Une reconnaissance à travers le monde

Bethlehem Tilahun Alemu a réussi à faire connaitre son entreprise au niveau global, en recourant à une plate-forme de vente en ligne et un marketing tourné vers les personnes soucieuses de consommer équitable.

SoleRebels est désormais présent partout dans le monde, y compris au coeur de grandes villes telles que Barcelone, Nyon, Vienne, Singapour ou la Silicon Valley… Au total, plus de 20 boutiques ont déjà été ouvertes à l’échelle planétaire. L’entreprise projette d’ouvrir 500 magasins de vente au détail dans le monde d’ici 2022.

Bethlehem Tilahun Alemu : Prix et récompenses

  • 2013 : nommée par le Guardian “femme la plus influente d’Afrique”
  • 2012 : dans le TOP 5 des femmes entrepreneurs d’Afrique par le Business Insider
  • 2011 : choisie pour être un jeune leader au World Economic Forum

Vous voulez en savoir plus ?

https://www.solerebels.com/pages/bethlehem-tilahun-alemu

 Vous souhaitez acheter l’une des créations de SoleRebels lors de votre passage à Addis-Abeba, et participer au développement de l’économie locale ? Rendez-vous Roosevelt Street.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *